AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retrouvailles nostalgiques |- Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kate L. Thomas

avatar

Age : 23
Date d'inscription : 09/11/2009
Nombre de messages : 111

Majestic role : 1ère année
Later, I would like to be : Danseuse professionnelle (ballet et moderne)


HOMECOMING•
Jukebox: Tik Tok Ke$ha
Someone who:
Post-it:

MessageSujet: Retrouvailles nostalgiques |- Nate   Mer 11 Nov - 22:34



    Ce matin là je me suis réveillée avec un drôle de sentiment. La peur? Peut-être... Oui, car c'est aujourd'hui que Nate revient. J'étais au courant depuis que lui même l'a sut, mais je n'avais jamais pensé à ce que cela changerai. En fait je n'avais songé qu'à la partie "positive", à nous les joyeux délires et confidences à 3 heures du matin. A nous les sourires complices "en direct live" les clins d'œil sous-entendus et autres messages subliminaux. Oui... Oui et ça aurait été comme avant. Avant tout ça. Mais je n'avais pas pensé que rien ne pourrait nous faire revenir en arrière, qui plus est si nous étions tous les trois réunis. Par tout les trois j'entends Nate, Anna et moi. Notre bon vieux trio d'inséparables, du moins, c'est ce qu'on croyait. L'amour est le plus beau sentiment que l'être humain peut éprouver? Je ne réfuterais pas, mais il engendre souvent la haine, la solitude, la tristesse. Combien de soir ai-je passé a me morfondre quand je les savais au cinéma en amoureux. Combien de fois ai-je songé sauter par la fenêtre de ma chambre mais toujours trop lâche pour y parvenir. Combien de fois ai-je tenté de le joindre pour lui dire sans jamais réussir à composer son numéro. Le bonheur des uns fait le malheur des autres. Et je sombre petit à petit. Oui je suis tellement naïve...

    Flashback

    20h30, Los Angeles;

    Mon portable se met à vibrer, sans même regarder qui m'appelle je m'exclame avec le plus de gaieté possible « Nate! ». Je sais que ça sonne faux, et vous savez quoi? Je m'en fou. Je m'en fou de tout depuis un moment. Depuis qu'il lui a offert en fait. Offert quoi m'avais demandé ma mère en quête d'une explication à mes pleurs. « ... son cœur...». Et mes larmes avaient redoublés. Je cale le téléphone entre mon oreille et mon épaule droite. Aller à la fête foraine? Je marmonne un «Pourquoi pas!» tentant de cacher ma joie. Il rit, me dis qu'il passe me chercher dans une demi heure et qu'après on ira rejoindre Anna. La réalité me revient en pleine figure, j'ai le souffle coupé. Oh je suis si naïve... Comment ai-je put croire une j'aurais une chance?! Je tousse bruyamment dans le combiné et prétexte un rhume. « J'ai dus prendre froid au match... » Nate fait semblant de me croire et je le remercie intérieurement. Pourtant ce soir là il ne dit pas "à demain", non il veut comprendre. Comprendre quoi au juste? Que je crève d'amour pour lui. Que chaque œillades, chaque baiser, chaque étreintes à sa belle est un coup de poignard en plus dans mon pauvre petit cœur brisé depuis le jour où elle m'a annoncé que tu t'étais enfin décidé à lui demander. « Rien il se passe rien Natie...», je lui ressers l'excuse du rhume sans plus chercher à le convaincre, je crois qu'en fais la seule personne que j'arrive à convaincre avec ma bêtise, c'est moi...

    Fin du Flashback


    J'ai promis à Nate d'être la première personne qu'il verrait lorsqu'il pénétrerait dans l'école. Une promesse est une promesse, et malgré celles que je n'ai pas sus tenir dans le passé, celle-là je me jure de la réaliser. C'est donc vêtue du t-shirt "I ♥ NY" que Nate m'a envoyé que je l'attends dans le hall d'entrée. Je suis morte de trouille mais arbore un sourire tout de même. Je ne l'encombrerai pas de mes inquiétudes qui, je l'espère, s'envoleront dès qu'il aura franchis le seuil de l'immense porte d'entrée de l'école. Je textote avec une amie en l'attendant pour m'occuper les mains, mais surtout l'esprit. Je ne suis plus si naïve...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate A. Mainer

avatar

Date d'inscription : 31/10/2009
Nombre de messages : 86

Sign your name : Amoureux <3 A. ♥
Majestic role : 1ère année
Later, I would like to be : Comédien.


HOMECOMING•
Jukebox:
Someone who:
Post-it:

MessageSujet: Re: Retrouvailles nostalgiques |- Nate   Jeu 12 Nov - 19:52

&&

> > Ne perdons rien du passé. Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir. [Anatole France]
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Des larmes ont carressé tes joues
Et des pleurs vieillis ton visage
Des histoires à rendre fou
Quand l’amour dicte son langage
Mais tu caches un mystère
Ma belle et douce étrangère
Livre moi tes noirs secrets
Livre moi


    Nate écoutait cette musique avec entrain, c'était aujourd'hui qu'il revenait. Il allait enfin revoir sa Kate, son amie d'enfance, celle qui avait toujours été là, son esprit se mit à dériver, se perdre dans les eaux troubles du passé. Les souvenirs florissaient dans son esprit. Il se souvenait, ces souvenirs étaient comme gravés dans la roche, indétrônable. Il s'accrochait tellement à ses souvenirs, il ne regardait jamais en avant, mais plutôt en arrière. Pourquoi ne voulait-il pas se retourner, seul lui connaissait cette réponse. Hélas ce ne sera pas aujourd'hui qu'il vous le dira. Un sourire traverse ses lèvres. Nostalgique? Mélancolique? Triste? Heureux? Tout en même temps, ce sourire reflète son passé, au fond de ses yeux, on peut voir ses souvenirs, sa mélancolie. Les secondes, les minutes, les heures, les jours, les mois même les années on passés depuis ce temps qui semble si loin. Pourquoi vivre dans un présent construit sur des espoirs, des déceptions, des pleurs alors que dans le passé il y a joie, amour, amitié... La peur du lendemain, de tourner la page. Un homme s'avança mais Nate les écouteurs dans les oreilles n'entendait pas. Les souvenirs défilant devant ses yeux, il ne le remarqua pas. C'est alors qu'il sentit une main sur son épaule qui donnait des petits coups. Il sursauta, revenant soudain à cette réalité qui le faisait frissonner. Un homme d'une cinquantaine d'année se tenait devant ses yeux. Les cheveux grisonnants, les rides qui lui donnait l'air d'être épuisé de la vie, mais un sourire jovial sur le visage. Nate ôta ses écouteurs. L'homme qui n'était autre que le conducteur lui dit: - Monsieur, c'est le terminus. Il faudrait penser à descendre. Ce ton bourru lui rappelait son père, bref, passons, il acquiesça, ramassa ses affaires et descendit en saluant le conducteur. Une fois en bas, il entreprit de chercher ou pouvait bien se trouver le quartier ou se trouvait l'école. Il devait reprendre un bus, il avait raté son arrêt. Voila ce que ça coutait d'être lunatique!! Il se maudit intérieurement. Il devait être en avance, maintenant il serait en retard, il envoya un sms a Kate lui annonçant qu'elle devrait faire preuve de patience. Dire que ça tombait toujours sur elle! Cette fois c'était de sa faute enfin indirectement, il pensait à elle alors c'était elle la coupable! Nate ayant trouvé son coupable repartit dans ses pensées.


Des cris ont noué tes mots
Des sanglots meurtri ta voix
Toutes les victimes ont leur bourreau
Quand la peine vous tient dans ses bras
Tu t’enfermes en cage de verre
Mon bel et doux oiseau fier
Fais voler en éclat tes regrets
En éclat


--FLASHBACK--

    Nate voulait aller à la fête foraine, et quoi de mieux que se faire accompagné par sa meilleure amie et sa chérie? Il appela donc la 1ère concernée pour l'inviter, depuis quelques jours, elle était distante, enfin lui aussi, depuis qu'il sortait avec Anna, il baignait dans une sphère de bonheur. Il était conscient d'avoir un peu mit Kate à l'écart mais c'était inconsciemment. Il s'en voulait, depuis quelques jours il voulait reprendre contact, mais elle était toujours soi disant malade, cette histoire de maladie ne lui paraissait pas claire, comme elle, elle était bizarre mais peut être le fait que Anna et lui soient ensemble l'avait incité à chercher un copain pour elle?! Quelle bonne idée, elle méritait d'être heureuse. Elle décroche. Il lui demanda alors si une fête foraine la tentait ? Elle marmonna un pourquoi pas. Tant mieux. Il se met à rire, son marmonnement semble indiqué que ça l’embête à moitié, il rit. Kate donne toujours l’impression d’être motivée… Il lui annonce alors qu’il passe la chercher dans une demi-heure. Histoire d’avoir le temps de se préparer pour se faire beau pour sa belle. Il continue sur sa lancée : Après on va chercher Anna, puis direction la fête foraine. C’est alors qu’il entend une toux dans son combiné, elle ne va pas leur faire faux-bond ? On dirait que si ! Elle lui déclare alors qu’elle a un rhume, Nate se murmure à lui-même ; Encore ? Il soupire, il aurait vraiment aimé la voir. Il va se décider à lui demander ce qu’il y a. Il veut savoir, comprendre ce qui ne va pas. A-t-il fait quelque chose de mal ? Il ne s’en souvient pas… Qu’est-il arrivé pour que la petite Kate, la fille rayonnante, toujours de bonne humeur se mettent à le fuir. Elle va ne rien lui répondre. Comme d’habitude, il va faire semblant de croire à ces sottises, il va raccrocher en lui disant au revoir. Il ira donc avec sa chérie à la fête foraine. Tant pis.


-- FIN DU FLASHBACK--

Reste au-dessus de tes amours déçus
Sans dessus-dessous, indécis, de ces amours déçus
Décide le décès de ces destins dessinés, si doucement déçu
Pousse au passé ces pensées transpercées, puisse la paix panser ces blessures

Tu respires les doux parfums d’éternité
Il te reste en bouche le goût amer des regrets
Oh oui, je sais que ce n’est pas facile
D’écarter tous ces moments
Mais à ce jour, il est grand temps
D’oublier tous ces tourments


    Le bus arriva, Nate venait de sortir de ces pensées. Il lui fit signe de s'arrêter, monta, et s'assit sur le 1er siège. Quelques minutes plus tard il arriva devant le grand portail de l'école de Carmen Arranz. Un grand soupir, et il se lanca dans la foule. Il trainait sa valise derrière lui. Il bipa Kate pour lui annoncer son arrivée. Lorsqu'il entre dans le hall, qui voit-il? Kate! Sublime avec son cadeau de Ny, le célèbre tee-shirt, I ♥ NY. Quel honneur. Il s'approche à grands pas, il se jette dans ses bras, la serrant. Puis il va quitter ces bras tant regrettés pour regarder sa meilleure amie. Il constate qu'elle est toujours aussi jolie mais qu'elle a quand même changé. Il est ravi, heureux, euphorique de la revoir. Il va alors lui demander avec un ton réjoui:

    - Si tu savais comme tu m'as manqué, c'est pas possible de rester 8 mois sans toi!!

    Il rigole. Ce sourire, cette tête, cette fille, tout lui manquait, ces défauts, ces tics, ces qualités qui faisait d'elle un être unique.


Reste au-dessus de tes amours déçus
Sans dessus-dessous, indécis, de ces amours déçus
Décide le décès de ces destins dessinés, si doucement déçu
Pousse au passé ces pensées transpercées, puisse la paix panser ces blessures
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate L. Thomas

avatar

Age : 23
Date d'inscription : 09/11/2009
Nombre de messages : 111

Majestic role : 1ère année
Later, I would like to be : Danseuse professionnelle (ballet et moderne)


HOMECOMING•
Jukebox: Tik Tok Ke$ha
Someone who:
Post-it:

MessageSujet: Re: Retrouvailles nostalgiques |- Nate   Ven 13 Nov - 21:56



    On me dit que nos vies ne valent pas grand chose
    Qu'elles passent en un instant comme fanent les roses
    On me dit que le temps qui glisse est un salaud
    Et que de nos chagrins il s'en fait des manteaux


    J’ai l’impression de tourner en rond, j’attends, j’attends et j’attends… J’ai l’habitude me direz-vous. Oui mais j’en ai marre de toujours attendre. J’ai tellement attendue dans le passé que j’ai la désagréable impression d’avoir loupé quelque chose… Que ce serait-il passé si je te l’avais dis ? Cette question me hante chaque jour et chaque nuit, depuis que tu m’as annoncé il y a quelques semaines ton retour parmi « nous ». Saloperie de « nous » ! Et si elle n’avait pas été là m’aurais-tu remarquée ? En fait je ne sais pas ce que tu pense de moi ! J’avoue je m’en fichais pas mal avant ! Je savais que je n’avais aucune chance… Aucune chance face à elle. Je me suis souvent demandé ce que tu pensais de moi. Mais comment réagirais-tu si je te demandais ?! C’est vrai quoi, lorsque votre meilleure amie vous interroge sur son physique il y a forcément anguille sous roche ! Je te connais si bien. Je vois parfaitement ton air intrigué et ce petit sourire en coin que tu me réserves à chaque fois que je te surprends. Avec ce regard emplit de sens tu m’aurais chantonné comme un gamin « J’en connais une qui est amoureuse » et en me regardant dans les yeux tu aurais demandé le plus sérieusement « C’est qui ? » Qu’aurais-je put bien répondre ? Je ne t’ai jamais menti, tu ne m’as jamais posé la question. Toi ! Haha, la bonne blague, tu m’aurais alors baissé les yeux gêné, un petit rire nerveux s’en serait suivit. Le rouge me serait monté aux joues. Pour couronner le coup miss Lower serait-arrivée et on en aurait plus jamais parlé. Et je t’aurais perdue… Mais ça je n’aurais put le concevoir juste une seconde. Et pourtant c’est ce qui est arrivé, quelque part c’est moi qui me suis enfuie. Je me suis terrée dans ma peine, passive, et j’ai attendue… Attendre, voilà quelque chose que je sais bien faire.

    On dit que le destin se moque bien de nous
    Qu'il ne nous donne rien et qu'il nous promet tout
    Parait qu'le bonheur est à portée de main
    Alors on tend la main, et on se retrouve fou


    Je viens d’apercevoir Anna, elle ne m’a pas remarqué, personne ne m’a remarqué en fait, normal, assise sur les marches de l’imposant escalier de l’école, les paupières closent et mon baladeur visés sur les oreilles tous me croient endormie. Elle aussi je l’ai perdue dans cette histoire, et malgré la haine que j’ai ressentie à son égard, cela n’à jamais surpasser le profond attachement que j’avais pour elle. Qui aurait put prédire qu’on devienne « meilleures amies du monde ». Si Nate me l’avait dit je lui aurais bien ris au nez tant cette perspective me paraissais absurde ! Anna et moi c’était comme le jour et la nuit, mais on dit bien que les opposés s’attirent. Et pour être attirés, on c’est attirés, quasi-inséparables, toujours présente l’une pour l’autre. J’aurais temps aimé lui faire partagé le bonheur d’un premier amour la première. Mais je me doutais bien qu’elle me devancerait sur ce point. Aux yeux de tous j’étais le pote, la confidente, l’entremetteuse mais jamais la potentielle petite-amie. Au début je ne m’en souciais guerre, au contraire, les bisous partout très peu pour moi ! Et puis l’amour m’est tombé dessus. Mon cœur c’est mit à battre d’une nouvelle façon… Pour Nate par-dessus le marcher. Je songeais le dire à Anna, mais chaque chose en son temps. Je n’étais pas sûre. Nate !? Mon meilleur ami, pas mon… amoureux ? Et puis elle m’a devancé. Ce soir là tu m’avais annoncé le rose aux joues que tu en pinçais pour lui. Je devais t’aider. J’aurais put faire semblant, mais ma franchise m’en a empêcher. Je t’ai avoué la peur au ventre mes sentiments à son égard pleine de déception. Je me rappelle encore ton petit « Oh… » emplit de stupéfaction, mais aussi de peine. Ce soir là on avait fait ce pacte… Pacte que je n’ai sus tenir. Je n’en veux certes, mais qu’aurais-je pus faire ? L’amour n’est beau que dans les yeux des gens amoureux. L’amour pour les autres ça gâche l’existence. Et ce soir là, j’ai sut que déjà je vous avais perdue. Le cœur gros j’avais pleuré toutes les larmes de mon corps et pourtant je n’étais pas au bout de mes peines.


Fashback;


    Ne parle pas, ne dis pas la moindre chose
    Puisque tes yeux m'indiquent bien plus que tes mots
    Ne t'en va pas, ne me laisse pas maintenant
    Puisqu'ils disent que la meilleure façon d'en sortir c'est de traverser


      MAMAN ▬ Chérie tu vas être en retard! Tu as besoin d’aide peut-être ? Ca va bien faire… 20 minutes que tu es enfermée dans la salle de bain !


    J’esquisse un faible sourire. Oui 20 minutes, un sacrilège pour une fille comme moi, et pourtant c’est bien vrai ! Je lance un regard au miroir face à l’évier, seul spectateur de mon « éblouissante métamorphose ». Moi-même je ne me reconnais pas ! Et c’est tant mieux ! Ce soir je ne veux pas être moi ! Ce soir… je sors. Une explication s’impose non ? Un garçon de notre classe organise un bal pour son anniversaire (original non ? ^^). Toutes les filles sont invités et elles doivent venir accompagnées. Si je me prépare avec tant de soin c’est parce que c’est surement mon premier bal et que pour une fois je veux surprendre avec autre chose que mon esprit. Oui, ce soir je veux qu’on me regarde autrement ! Peut-être ai-je envie qu’on me regarde comme une vrai fille après tout ? J’ai quinze ans, sois disant un joli minois, et pourtant je n’ai jamais éprouvé le besoin de me sentir belle. A vrai dire je m’aime comme je suis ! Ce soir je veux que les autres m’aiment aussi, qu’ils découvrent une autre facette de ma personnalité. Oui ça vous vous en foutez pas vrai ? La seule question qui vous brûle les lèvres n’est autre que « Mais qui donc t’accompagnes ? ». Pour être vraiment sincère : personne, mais je n’y vais pas seule. Nate à accepté de m’accompagner, sa belle étant déjà partie en vacances, il ne voulait pas y aller au bras d’une autre par fidélité à Anna, mais si c’est moi… Visez un peu le tableau : les deux meilleurs amis « en couple » non mais vous rêvez, c’est juste par ‘‘ commodité ’’ ! Et puis ça me permettais d’esquiver les propositions des autres garçons qui me mettaient étrangement mal à l’aise, mais surtout étonnée, agréablement bien sur. Ce pourrait-il que la donne ai changé ? Ce soir je suis décidée à leur prouvé que je peux être autre chose que le garçon manqué que j’incarne tous les jours !

      KATE ▬ Mhhh ? Attends je sors!

    Je sais que tu t'en va maintenant
    Puisque je m'y suis accroché de manière intime
    Restes encore jusqu'à ce que tu saches
    Que demain on saura que la meilleure façon d'en sortir c'est de traverser


    J’inspecte une dernière fois le reflet que me projette le miroir. Mes cheveux flottent sur mes épaules dénudées, mais pour une fois ils ne sont pas tout plats, non j’ai réussis à mon grand étonnement à les onduler légèrement.* Je ne me suis quasiment pas maquillée, on risque de bouger, de transpirer, pouah, bonjour fond de teint qui dégouline !! J’ai juste mis un peu de mascara, et pourtant je ne me reconnais guère. Etonnant. Pour ce qui est de ma tenue, ma mère, vraiment trop gentille, m’avait donné de l’argent et laisser carte blanche. J’espère que la robe lui plaira. Pour le bal j’ai donc choisie une robe * *, mais pas n’importe laquelle, pour moi c’était la plus belle du magasin, ça oui. Elle m’arrive aux genoux, elle se plisse légèrement sur le bas et dénude avec féminité mes épaules que je préfère largement montrer à mes seins (la blague !). Elle est vert émeraude et fait ressortir la pâleur de ma peau. J’espère qu’elle lui plaira. A ma mère bien sur (vous ne pensiez à personne d’autre !?). Je sors mes ballerines de leur boite, les attrapes et les mets. Je suis prête, à une exception prête, il me manque mon cavalier, mais ce n’est qu’un détail. Je range un quart de seconde la salle d’eau et sors « enfin » de la pièce. Ma mère attend sagement à la porte et pousse un petit cri de souris presque inaudible quand elle me voit. Le sourire aux lèvres elle ne dit rien mais m’examine en tournant autour de moi, de temps à autre prise d’un léger rire nerveux. Sans que je m’y attende elle me sert dans ses bras.

      MAMAN ▬ Ma petite fille devient une grande… !


    Euuuuh, okay ! Si je n’étais pas maquillée (bien que très peu) et pas gênée je crois bien que je me mettrais à pleurer.

      MAMAN ▬ Je DOIS prendre une photo !

      KATE ▬ Mamaaaaan >.< !


    Je suis à court de mots que c'est-t-il passé
    Elle commence à partir à cause de moi
    Son sac est beaucoup plus lourd maintenant
    J'aimerais pouvoir la porter
    Mais c'est notre heure impossible


    Impuissante je m’exécute et pose comme une tarte dans le séjour de notre maison. Certes toute la décoration ne vaut pas des millions de dollar, mais elle me reflète, moi et ma famille, c’est mon univers, ma vie, et je n’aurais pas choisi meilleur lieu pour prendre cette photo…
    Une fois ma paparazzi de mère éclipsée (elle reviendra me harceler quand Nate arrivera tout beau dans son costard), je me pelotonne dans le canapé de l’entrée et l’attends en ferment paisiblement les yeux. Il fait chaud, c’est le début de l’été et la soirée s’annonce « ¡ muy caliente ! ».

Fin du fashback;


    Mon portable vibre et me fais sursauter, nostalgie, quand tu nous tiens ! Je jette un furtif coup d’œil à l’écran, c’est Nate, pas étonnant, il me bipe, l’envie de décrocher pour lui bouffer son crédit comme quand on était petit me tiraille, mais finalement je me retiens. Aurais-je grandi ? On dit que la souffrance fait évoluer les mentalités, moi je me contente de dire qu’elle vous empêche de penser à autre chose qu’à elle, vous obligeant à ne plus rien faire d’autre. Je balaye le hall du regard à la recherche d’un New Yorkais de fraiche date complètement paumé. Bingo, je le trouve tout de suite avec sa grosse valise et son portable en main. Un large sourire éclaire mon visage mutin, je me lève et vais à sa rencontre. La tresse sautille au rythme de mes foulées. Il m’a vue, il s’avance, il court, il sourit. Le t-shirt ? Oui ça lui fait plaisir ! Je le serre dans mes bras et hume encore et encore son odeur qui me ramène en enfance, à l’époque où nos seul problèmes c’était de savoir s’il allait faire beau le lendemain afin de pouvoir continuer la construction de notre cabane dans son jardin.

      KATE ▬ Monsieur se fait desirer? (a) T’as pas honte Natie ? :O


    Je le taquine et ris, trop heureuse de le retrouver après huit longs mois d’absence. Je l’observe plus finement, il a tellement changé en si peu de temps. Il a grandit, et puis je vois qu’il n’a pas rasé sa petite barbe de trois jours. Oui il a gagné en virilité ! Mais ses yeux si perçants restent toujours les mêmes et j’ai toujours cette impressions qu’ils mes sondent et sont capables de savoir la moindre petite pensée qui traine au fin fond de mon crâne. Je trouve qu’il a changé, mais je n’ai rien à dire. Il faut me voir, en huit mois j’ai beaucoup changé moi aussi. Mes cheveux se sont éclaircies sont le soleil de Toulouse, je ne me cache plus sous d’informes t-shirt taille XL, et j’ai enfin des formes de filles ! Ca a mis du temps dis donc !! Natie me tire de ma contemplation de sa barbe pour me répéter que huit mois séparer c’est plus/pas possible. Je pense tellement comme lui…

      KATE ▬ Raaaaah, mais oui, c’est du grand n’importe quoi aller à New York quoi. Heureusement que t’as fais le couillon hein !? T’as fais bon voyage ?

    Trop de questions, tant d’émotions, et nos cœurs qui battent à l’unisson. Enfin réunis…



    [Ca valait le coup d'attendre? ]




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate A. Mainer

avatar

Date d'inscription : 31/10/2009
Nombre de messages : 86

Sign your name : Amoureux &lt;3 A. &amp;#9829;
Majestic role : 1ère année
Later, I would like to be : Comédien.


HOMECOMING•
Jukebox:
Someone who:
Post-it:

MessageSujet: Re: Retrouvailles nostalgiques |- Nate   Jeu 19 Nov - 21:02

&& [/i]Musique ♫
[i]> > Ne perdons rien du passé. Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir. [Anatole France]
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


  • Quoi qu'on en pense
    Quoi qu'on en dise
    Même si l'amour et le diable pactisent
    Dit moi qui renonce pour autant
    Il nous attend le beau requin blanc
    Au recoin du bleu de tes yeux troublant
    Où se meurent mes rêves dorian
    Mes rêves dorian


    L'enfance, on dit que c'est la période de l'insouciance? Rien de plus faux, c'est tellement dur d'être jeune, on nous croit inssouciant mais on est hanté par l'image de l'élu de son coeur, on essaie de l'approcher, quelques fois ça marche, d'autres fois, le coeur meurtri on essaie d'oublier tant bien que mal. Lui il avait eu de la chance, cette chance qu'il avait su saisir, mais si? Et si? Si elle ne l'avait pas aimé? Que ce serait-il passer? Aurait-il su s'en remettre, se serait-il laissé séduire par une autre? Il se le demandait, parfois il aurait préféré ne pas tomber amoureux, car aujourd'hui cet amour le rongeait, il le contenait, mais seulement pour l'instant, il savait que d'ici peu, il éclaterait, le temps n'efface pas les sentiments, l'éloignement non plus, bien au contraire, Nate en avait fait la douloureuse experience, le coeur saigne d'autant plus. C'est dur, douloureux, cruel... C'est ça l'amour semblerait-il. Certains disent que l'on ne peut pas aimer sans souffrir. C'est la stricte et pure vérité. Même quand Nate était avec elle, il souffrait, de ne pas la voir, de ne pas la serrer contre lui, de ne pas pouvoir plonger son regard dans ses si beaux yeux, du gout de ses lêvres... A croire que être heureux et amoureux n'existait pas. ca ne devait pas être compatible, vraiment pas. A vrai dire, il s'accrochait à son souvenir d'Anna. Et si elle avait changé? Si elle était devenue différente, comment son coeur, son esprit réagiraient-ils? Bonne question! Ne dit on pas L'amour n'est fait que pour ceux qui s'aiment mais pas pour ceux qui veulent être aimés. L'amouur était fait pour eux, mais si justement il était? Seulement était. Si anna avait tourné la page et qu'elle était maintenant amoureuse d'un de ces danseurs de pacotille, ce qui était sur c'était qu'il irait lui refaire le portrait au bellatre.

    Même quand renaît la belle de mai
    On sait que c'est vrai
    L'amour s'en vient l'amour s'en fout
    Ça se joue sans nous
    Meme si on dit qu'on ne sait jamais
    On sait que s'est vrai
    L'amour s'en va l'amour s'en fou
    Il se joue de nous


    C'était si dur sans cette jeune femme, non cette fois je ne parle pas d'Anna mais de Kate, sa confidente, sans elle le monde ne semblait pas tourner rond, en plus Kate était une allié bien précieuse car elle connaissait bien Anna, elle savait donc ce que Anna pensait et pouvait traduire ces sentiments au jeune homme. Pourquoi devait-il sans cesse revenir à Anna? Kate était si différente d'Anna, et pourtant Avant elles étaient les meilleures amies du monde Anna et Elle. Oui, avant... Qu'avait-il pu y avoir pour que cette amitié se brise, il se l'était souvent demandé, avait cherché des deux cotés des indices, mais les deux jeunes femmes changeaient de sujet. Kate avait été distante, ne supportant plus être en compagnie d'Anna, ça remontait à......... Leur histoire. Une dispute surement car Kate en avait marre de tenir la chandelle, et Kate était toujours honnête ce qui n'avait peut-être pas plus à anna. ce devait être ça... Ou pas! xDD

    Quoi qu'on refasse
    Quoi qu'on efface
    Ya pas d'amour
    Sans se voiler la face
    Sans répondre au chant des sirènes
    Comme un voilier d'acier de sang
    Qui part a la dérive des sentiments
    Le poids Cœur ouvert aux peines
    Cœur ouvert aux peines


    Flash Back:::

    Cette soirée, sans Anna. Une de plus. Depuis qu'elle est en vacances, c'est dur. Il a Kate, mais elle lui manque. Bien sur comme d'habitude il fait passer Kate en deuxième. Ce soir, ce sera la soirée de Kate, il ne parlera pas de Anna car l'ambiance entre les deux femmes n'est pas au beau fixe. Ce soir, il allait à une soirée, sans sa chérie mais avec sa meilleure amie qui serait une sorte de remplacante pour une soirée. Bien sur c'était en toute amitié. Il était dans sa douche, l'eau ruisselant sur son corps d'adolescent. Il se sentait bizarre, anxieux. Il redoutait cette soirée, sans anna. Il avait peur de trop boire ou de faire une connerie dans le genre et de tromper Anna. Il savait que Kate serait là pour le ramener à la raison. Elle était toujours là pour lui. On les avaient d'ailleurs toujours pensés amoureux, c'était un si beau couple. Dixit leurs parents. Alors quand Nate s'était mis à sortir avec Anna, la mère de Kate avait semblé lui jeter un regard de reproche. Ses parents aussi. Il n'avait jamais compris pourquoi. Une fois sa douche finie, il coiffa sa crinière plus communèment appelé des cheveux. Puis enfilant son costard, attachant son noeud papillon. Il avait choisi une veste rose, il aimait bien, il trouvait que ça faisait encore plus viril. Oui il était peut-être le seul à penser ça mais bon, ça passerait. Une fois fin prêt sa mère commence à fondre en larme et son père affiche un sourire béat, oh non, ils ne vont pas faire pleurer Nate? Sa mère se jette dans ses bras, ebouriffant ses cheveux par la même occasion. Nate commence alors à raler.

    Nate; Mais maman, ma coiffure! T'abuse.
    Mère: Tu es toujours aussi beau, ah tu tiens ça de ton père! Mon fils devient grand.


    Nate esquisse un sourire. son père rigole et vient se joindre au calin. Il sourit, ajuste son noeud papillon, s'arrache des bras des ses parents et se dirige vers la porte avec un "a tout à l'heure". Avant que la porte se soit refermé, il entends son père:

    Père: N'oublie pas les capotes!

    Nate ne peut s'empêcher de rougir, vive les parents! Il semblerait que ses parents soient décidés à l'enfoncer jusqu'au bout. Il arrive à la maison voisine, sonne. La mère de Kate arrive, tout sourire, elle prend Nate dans ses bras, et lui annonce que Kate est dans le salon, il y va. Elle est là, en robe!!!!! Pour Kate ce doit être un exploit. Elle est si jolie, si féminine, elle va faire des ravages. A cette pensée la jalousie s'installe. Nate s'en rends compte mais pourquoi est-il jaloux? Il devrait être content. Et si? Si Anna n'était pas la bonne, que c'était comme tout le monde le pensait, si c'était Kate? Cette fille qu'il connait depuis toujours, ce n'est pas exagéré, c'est sur. Si son amour pour anna n'était qu'iréel, si c'était Kate l'élue de son coeur. Après tout ses sentiments envers Kate avait tujours été très fort, trop forts peut-être... C'était ainsi. Elle était si belle dans sa robe. Si anna était une erreur qu'il avait saisi pour essayer d'oublier Kate? Non.... Le doute s'installait. Il pensa alors à anna, et se rendit compte que cette jalousie était une jalousie fraternelle. Il aimait Kate comme une soeur et savoir que les mecs la désiraient ne le rendaient pas si content que ça...

    Même quand renaît la belle de mai
    On sait que c'est vrai
    L'amour s'en vient l'amour s'en fout
    Ça se joue sans nous
    Même si on dit qu'on ne sait jamais
    On sait que s'est vrai
    L'amour s'en va l'amour s'en fou
    Il se joue de nous

    L'amour N'est fait que pour ceux qui s'aiment
    Mais pas pour ceux qui veulent être aimés
    L'amour est son futur sans emblèmes
    J'ai si peur de t'aimer


    - Tu es juste SUBLIME.

    Il s'approche, la prend dans ses bras. Comme c'est bon d'avoir une amie tel qu'elle.

    Fin du flash back.
    Même quand renaît la belle de mai

    Même quand renaît la belle de mai
    On sait que c'est vrai
    L'amour s'en vient l'amour s'en fout
    Ça se joue sans nous
    Meme si on dit qu'on sait jamais
    On sait que s'est vrai
    L'amour s'en va l'amour s'en fou
    Il se joue de nous

    De nous


    Elle va l'acceuillir avec son grand sourire. va lui demander si il n'a pas honte de se faire désirer, oh non, car il sait que on savoure encore plus quand on l'attend depuis très longtemps. Le calin est savoureux, chaleureux. Comme en enfance quand rien ne semblait impossible. C'était il y a longtemps et pourtant. Quand Nate est avec elle, l'enfance semble être d'hier. C'est l'effet Kate. ♥

    - A croire que je lis dans tes pensées, j'étais sure que tu commencerais par me faire des repproches, si tu veux je reprends le prochain avion.

    Il rit, il la taquine comme elle lui a fait. Elle est toujours aussi drole. Elle se moque alors de son voyage a New york. Il s'en amuse, elle est au courant pour les aventures d'un soir, de son besoin d'oublier anna, de son besoin de changer, de passer à autre chose. Elle sait tout de lui de toute façon. Il sourit, quelle fille décidement!

    - Oh tu parle, j'ai passer mon temps à rater mes arrêts alors... Pff je suis crevé. Oh New York, si j'étais resté plus longtemps, j'aurais couché avec toutes les filles de mon école. J'ai pas eu le temps dommage hein?!

    Il plaisante. D'accord ce n'est pas bien raffiné mais c'est du Nate et ça suffit pour Kate, elle doit y être habitué avec le temps. Cet humour nul, ce sourire, ces clins d'oeils remplis de sous entendus. Du grand Nate quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate L. Thomas

avatar

Age : 23
Date d'inscription : 09/11/2009
Nombre de messages : 111

Majestic role : 1ère année
Later, I would like to be : Danseuse professionnelle (ballet et moderne)


HOMECOMING•
Jukebox: Tik Tok Ke$ha
Someone who:
Post-it:

MessageSujet: Re: Retrouvailles nostalgiques |- Nate   Ven 20 Nov - 22:40



    J'ai ouvert mes yeux la nuit dernière et je t'ai vu dans la lumière tamisée
    Marchant vers la baie, sur le rivage, regardant le ciel pour voir les avions qui n'y sont plus
    J'avais l'impression que la nuit s'achevait et tu avais l'air d'avoir froid
    Comme un introverti, j'ai enlevé mon chandail
    Mes bras ont violemment commencé a être couverts de frissons comme jamais avant


    J'ai longtemps espéré... Je me suis souvent persuadé qu'il allait me remarquer... Même si mon cœur à dut se serrer pour rester à ses côtés. Mon amour, j'ai tant rêvé de ses doux mots résonants dans ton palais. Et je ferme les yeux, je me laisse envelopper par ton aura séductrice, plus rien autour de moi ne compte, non, plus rien ne compte parce qu'il n'y a que toi qui compte, parce que j'aurais donné ma vie pour goûter à tes lèvres que j'ai si longtemps voulu embrasser. Et je m'avance comme attirée par toi, le contact de ta peau me provoque un frisson, comme avant, je me crispe un moment. L'avais-tu deviné? Avais-tu remarqué que chaque jour, chaque nuit à tes côtés n'étaient guidés que par l'éternel espoir d'un futur à deux? J'avais l'impression que mon cœur résonnait si fort que tu ne m'entendais plus parler. Et pourtant la vie continuait, tu me parlais comme avant, d'Anna, des cours, des profs et de leurs imbécilités permanentes. Je ne buvais pas tes paroles, j'étais tes paroles, je n'étais pas d'accord avec toi, je pensais comme toi. Petit à petit, je te redécouvrais et apprenais à te connaitre avec mes yeux d'amoureuse si niaise. Pas romantique pour un sous, on continuait nos batailles de polochons, nos lutte sur ton lit et nos soirées foot devant la télé, oui mais plus rien n'étais comme avant. Et si... Et si... Avec des si on referait le monde, mais je ne veux pas le refaire, je veux juste revenir en arrière, peut-être ne jamais t'avoir rencontré. A cause de toi ma vie c'est arrêtée. Je suis en mode pause depuis ce jour en espérant que tu me remarqueras. Hélas non, hélas non... NON! Mot bien dur à encaisser, seulement trois lettres, mais toute ma vie qui vole d'un seul coup en éclat. OUI t’avait-elle répondue. Et pourquoi je me sens si seule sans toi?

    Tu me regardais et voyais tous les tunnels autour de moi
    Se tapissant dans la noirceur
    Tous les métros autour créaient un grand bruit
    Comme pour dire adieu à ma fatigue
    Avec ton oreille qui ressemble a un coquillage,
    Tu peux entendre les vagues dans les bas fonds de la mer
    Comme si tu étais dans une chambre d'eau salée


    Et maintenant? Et maintenant je n'en sais rien. Et si... Et si... Avec des si on referait le monde, moi je ne veux rien changer je veux juste tout oublier. Non c'est faux je veux juste t'oublier, trop facile à dire, impossible à faire. Enlisée dans ma détresse je coule, je sombre, et la noirceur envahie ma vie. Je t'attends mon petit rayon de soleil qui saura me faire renaître. Viens éclairer ma pauvre existence. Je m'accroche tant bien que mal, mais que faire lorsqu'on vous tire vers le bas. La danse est désormais mon seul but dans la vie, solide corde à laquelle me tenir pour ne pas découvrir le fin fond de ma détresse. Tiendrais-je encore longtemps? Je l'espère, car mon petit rayon de soleil met du temps à pointer le bout de son nez. La météo n'indique pour ma vie qu'une succession de précipitations....

    Le temps que nous passons ensemble n'est jamais assez long
    Quand nous sommes seuls, je me sens bien
    Que faudra-il pour construire ou briser cette allusion d'amour
    Nous avons besoin de temps, seulement de temps
    Quand nous ne sommes pas ensemble, a qui penses-tu ?
    Pourquoi je me sens si seul sans toi
    Alors dis-moi, souhaites-tu que nous tombons amoureux ?
    Toujours, toujours


    Ce remue-ménage dans le passé ne m'est guère agréable, bien au contraire, et je ne sais pourquoi tout ce flux de souvenirs remonte, précisément aujourd'hui, maintenant, juste là... La seule chose dont je suis sure c'est que c'est fait, ça ne changeras pas. Dois-je vivre dans le passé? Tirer une croix? Mais mon passé fais ce que je suis aujourd'hui non? L'oublier serait me renier. Je ne sais pas ce que le futur me prédira, je suis tombée déjà bien bas, je me suis relevée, j'ai vaincue, mais la bataille ne fait que de commencer, cependant, à l'inverse du passé, je suis bien mieux armée face aux adversités. Malheur, si tu me regardes, prends garde à toi, je ne me laisserais pas faire comme la gamine que j'étais avant, ça non, la guerre sera rude, et l'identité du gagnant est loin d'être jouée! Parole de Katy!

    Peux-tu croire que le monde entier est parti sans me permettre de m'y joindre
    Toutes mes iles sont couvertes d'eau
    Je peux à peine me reposer ou me réveiller sans que notre temps soit écoulé
    Je me sens comme si j'étais chez moi quand nous comptons les lumières des navires
    Je crois que je ne saurai jamais pourquoi les moineaux aiment la neige
    Nous éteindrons toutes les lumières et mettrons le feu a la salle de bal



Fashback;


    Et deux par deux sans compter nos morts
    Qu'on laisse derrière des ébauches fanées
    Des secrets de carrière
    Et trois par trois nos coeurs essoufflés
    Des secousses folles on réfléchit plus tard
    Maintenant il faut rêver


    Mon esprit vagabonde, hagard, je m'endormirais presque si le tic tac persistant du coucou suisse trônant au dessus de la cheminée ne faisait pas tant de bruit. Je me contente d'être ailleurs, dans mes rêves. Un petit sourire habite mes lèvres, il ne me quitteras sûrement pas de la soirée, je flotte sur mon petit nuage. Le chant des grillons me berce. L'été, j'adore. C'ets de loin ma saison préférée. Et j'ai une sainte horreur de ceux qui trouvent que cela manque cruellement d'originalité "moi je préfère le printemps, car tout est en fleur", certes... "ce que j'aime le plus c'est voir la ville revêtir son blanc manteau" sans doute! " plus beau que ces couleurs vieillies et ces feuilles qui virevoltent au rythme du vent je ne connait pas" en effet. Mais avouer tout de même que l'été à une toute autre saveur. A mon sens, cela indique la fin d'une année, deux mois pour faire le point, et tout recommencer. J'aime l'été pour ses soirées à chanter sur la plage, à crever de chaud et tourner en rond dans son lit sans fermer l'œil. J'aime l'été parce qu'on peut-être quelqu'un d'autre juste le temps des vacances. J'aime l'été pour ses oranges givrées, le gout de sel sur les lèvres et nos visage qui virent écrevisse. Le soleil se contente de réchauffer chaque parcelle de votre peau et chaque éclat de rire est un délice. J'aime l'été pour les magnum qu'on déguste après une promenade sur les quais, pour les clins d'œil complices avec nos nouveaux amis, pour plonger ses orteils dans le sables chaud et ENFIN respirer!

    Et deux par deux on avale nos mots
    C'est dur d'oublier ce que l'on connait et ce qui imprègne nos peaux
    Et trois par trois, nos coeurs de la partie
    On joue au couteaux et on peut partager le même lit


    La sonnerie retenti et résonne dans toute la maison, elle m'arrache à mon rêve, les muscles engourdis, je ne peux faire un geste, ce n'est pas grave, ma mère accoure déjà pour ouvrir la porte. Plus excitée que moi encore. Les parents... Non mais je vous jure! Les yeux semi-clos, je l'entends au loin admirer l'allure de Natie, ça ne m'étonne pas. Elle le serre dans ses bras. Ma mère adore Nate. La mère de Nate m'adore. Nos mères NOUS adorent. Elles ont toujours pensé qu'on finirait ensembles, c'était normal, dans le cours des choses pour elles. Toujours fourrés ensembles, notre amitié devait muer petit à petit en amour au fil du temps. Étais-je précoce? Ou Nate en retard? La maman de mon meilleur amie avait été fort désappointée lorsque son fil lui avait avoué pour Anna et lui. Je me demande si elle sait ce que je ressens a son égard. Parfois j'ai l'impression qu'elle lit en moi, et qu'elle sait depuis toujours ce qui me passe par la tête. Bien heureusement, elle n'y a jamais fait allusion. Nos mères sont persuadés qu'on y va ensembles en amoureux à cette soirée, je leur ai bien répété que c'était tout le contraires mais elles n'ont rien voulu entendre, et leurs sourires complices en disaient tellement long qu'on a abandonné la bataille avec Nate. Elles ne changerons donc jamais!

    Et je ne sais plus à quoi penser
    C'est dur d'être libre comme toi
    Et je ne sais plus à qui penser
    C'est fini rhabille-toi


    J'entends des pas se rapprocher, alors je me lève, c'est Nate, et a ma grande surprise, il est vêtu d'une veste rose, pas trop criarde, non, un rose saumon de bon gout. Si Anna était là elle ne pourrait s'empêcher de dire "C'ets en parfait accord avec cette robe verte!". Oui en Effet, je vert et le rose se mariaient à merveille. Cette pensée ne fit que renforcer mon sourire. Je n'avais pas encore remarqué que Natie ma dévisageait avec des yeux ronds comme des balles de baseball. J'éclate de rire et arque les sourcils dans l'attente d'une réponse. Une anglaise coupe notre échange visuel, je la rabat délicatement vers l'arrière. Ce soir mon mot d'ordre sera la grâce, pas sur que je tienne jusqu'à la fin de la soirée, disons au moins jusqu'à... 22 heures 30? Il allait bientôt être 20 heures, cela me laissait 2 grosses heures et demi pour me montrer la plus sensuelle possible. Après je finirais surement "pompette", tout comme Nate. Je vous vois venir "Ouaich les gros alcoolos!". Vous avez déjà vu une fête de ce genre sans une goutte d'alcool? Non. C'est bien ce que je pensais, donc chut! Oui, on picole, et après?! C'ets avec lui que j'ai bu ma première bière, c'est pas avec lui que je boirai ma dernière téquila, désolée Natie, mais je profite de la vie. Espèreront qu'on en fasse pas de conneries. On veilleras l'un sur l'autre, c'ets déjà ça.

    Et je ne sais plus à quoi penser
    C'est dur d'être libre comme toi
    Et je ne sais plus à qui penser
    C'est fini rhabille-toi


    Il brise enfin le silence qui nous entourait. J'apprécie son compliment qui me va droit au cœur, au que oui droit au CŒUR! Je suis aux anges. Jamais il ne m'avais complimenté sur mon physique. Je devrais "me faire belle" plus souvent?! Trop de boulot pour que ce soit fréquent. Et la rareté a du bon. Il se jette dans mes bras. CÂLIN (a).

      KATE ▬ Mhhh ? Tu n'es pas mal non plus... Pas mal du tout même ^^!


    Et je le pense sincèrement. Je mets fin à l'étreinte et lui offre encore un de mes sourires. Ma mère arrive discrètement par la porte de la cuisine, appareil photo en main. Subtile... -_-'!

      MAMAN ▬ Oh que vous êtes beaux!!! Un vrai petits couple, je peux?


    Elle demande par pur acquis de conscience si elle peut nous canarder de flash, en réalité elle a déjà commencé. Mes joues s'empourprent instantanément. Mais quelle subtilité maman! Je ne sais pas où me mettre. Alors je retourne la situation avec un gage.

      KATE ▬ Natie chérie, prend moi dans tes bras ou belle maman va encore crier!


    Je rigole de bon cœur et pose ma tête doucement sur son épaule où j'ai tant de fois put me reposer. Ma mère m'offre un sourire doucereux, elle est heureuse, je le suis aussi. Mais Nate?



Fin du fashback;


    Je fais mine de me renfrogner. Il devrait avoir l'habitude de se faire taquiner. Ma philosophie est simple, qui aime bien, châtie bien! Si je t'envoies chier, c'ets l'amour fou! Waw, compliqué! Je lui tire la langue et conclue mon petit manège avec une moue boudeuse. J'ai l'impression d'avoir cinq ans, et de l'embêter comme une gamine taquine. J'adore ça. Avec Nate je plonge dans une autre dimension. Laquelle? Celle du bonheur me murmure mon cœur!

      KATE ▬ Tu reprends l'avion si tu veux, mais avant tu me paies un truc à boire. J'ai pas poireauter une demi-heure pour te voir partir la gorge sèche


    On ne me changera jamais! Du moins je l'espère.Un large sourire d'ange illumine ma frimousse.Ces conquètes? Oui je suis au courant. Nate c'ets découvert ce caractère de tombeur depuis qu'il est à New York, vilain! Je n'ai rien a dire, cet été je n'ai pas été très clean, mais ça il ne le sait pas, j'ai peur qu'il me juge. Et oui, la petit Kate à grandit. Du moins, elle a été obligé de grandir rapidement, se prendre une claque dans la gueule c'ets dur, mais une autre, non merci!

      KATE ▬ Dommage comme tu dis ^^"! T'es bête, au pire tu te rattrapes ici, mais je te le déconseilles! Les espagnoles sont plus dur à séduire que tes petites New Yorkaises, ça je peux te l'assurer. Et je ne te parle pas des autres!


    Voir Nate en train de séduire les autres filles pour les jeter juste après ne me déplaisais pas tant que ça, au contraire, je serais alors la seule fille à faire partie de son petit cercle privé. Mais la perspective de le voir briser d'autre cœur ne m'enchantais guère...

    [Fiou en une soirée!
    La deuxième chanson, c'est celle dont je te parlais de C de P ;)
    Enjoy ♥]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate A. Mainer

avatar

Date d'inscription : 31/10/2009
Nombre de messages : 86

Sign your name : Amoureux &lt;3 A. &amp;#9829;
Majestic role : 1ère année
Later, I would like to be : Comédien.


HOMECOMING•
Jukebox:
Someone who:
Post-it:

MessageSujet: Re: Retrouvailles nostalgiques |- Nate   Lun 23 Nov - 20:21

&&
> > Ne perdons rien du passé. Ce n'est qu'avec le passé qu'on fait l'avenir. [Anatole France]
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


  • La vie semble marquer de défaites, d’erreurs qui laissent une marque indélébile. Mon erreur ? Avoir aimé Anna. Oui, une erreur de plus, mais qui a laissé des entailles profondes dans mon cœur d’adolescent. Aujourd’hui, encore, les plaies sont présentes faisant couler les larmes sur mes joues. Oui, il m’est arrivé d’être l’adolescent fou amoureux, celui pour qui toutes les portes semblent être ouvertes tant qu’elles sont à franchir avec elle. Les souffrances sont arrivées après, je me demande souvent que ce serait-il passer si je ne l’avais pas aimé ? Que ce serait-il passé ? Qui auraient remplacée ta place dans mon cœur ? Peut être aurais je été un séducteur sans vergogne, surement même, car sans vouloir me vanter, j’ai toujours eu un certain succès. J’en ai déçues plus d’une, était ce de ma faute si c’était elle que je voulais ? Peut être serais-je tombé amoureux de Kate, plusieurs fois je me suis demandé si ce sentiment à son égard était normal ? Il faut avouer que Kate et moi avons toujours eu un lien indescriptible. Je me souviens encore que quand j’étais sortie avec Anna, tout le monde m’avait demandé pourquoi j’avais plaqué Kate. Ce qui était assez ridicule car Kate et moi étions seulement amis. Les sentiments sont vraiment compliqués à définir. Il faut avouer que le doute a longtemps persisté, surtout avec nos parents qui voyaient déjà leurs petits enfants. Parfois je me suis demandé si Anna, n’était pas pour moi une façon d’oublier Kate. Lorsque j’étais partie à New-York, je m’étais rendu compte que non… Que j’aimais Anna, comme un fou, (comme un soldat, comme une star de cinéma…) de toute façon si j’avais aimé Kate, jamais ça n’aurait marché car elle, c’était sur, elle ne m’aimait pas. Si jamais avec Anna, il n’y avait rien eu, que ce serait-il passé, qui aurait été l’idylle de son adolescence ou les idylles. Est- ce que mon chemin était tracé, si je devais aimer Anna, jusqu'à la fin de mes jours pendant qu’elle, elle aimerait un autre ? Si je devais finir comme ça ? Peut être que j’étais voué à l’échec ? Enfin surtout mes relations amoureuses… Je ne le supporterais surement pas et mettrais surement fin à mes jours, mais en aurais-je le courage ? Je deviens fou ! Je suis en train de penser à ma mort…. L’amour me fait perdre la raison, ça me fait une belle jambe ! Bientôt en plus d’être désespéré, je serais à l’asile, que de bonnes choses pour mon avenir…

    Tu as tant de chose à dire
    Mais le tout reste enfermer
    Et quand tu ne sais plus quoi dire
    Tu te mets à pleurer
    Mais ça ton publique le voit pas
    Tu l’incites à rêver, pendant que toi tu le regarde


    L’amour, ce mot semble si beau, pour moi il est laid, avant le simple fait de le prononcer me mettait le sourire aux lèvres, aujourd’hui, c’est jute une suite de souffrance qui s’éternise… C’est dur d’aimer mais c’est encore plus dur d’être aimer, il faut dire ce qui est, si je pouvais, j’obligerais Anna à m’aimer sans concessions. Hélas ça n’existe que dans mes rêves. Quand je vois des couples, je pense très fort à elle, à notre passé commun, quand nous étions pareils, deux amoureux, qui passaient le plus de temps possible ensemble. Le passé, pourquoi je m’accroche tant à ces souvenirs qui avec le temps perdent leurs détails. Pourquoi ? Suis-je obligé de toujours m’en souvenir ? A tout moment, je pense à cette enfance, cette adolescence heureuse, sans trop de soucis. Ensuite je me souviens toujours du jour ou j’ai du lui annoncer que je la quittais pour ma passion, le théâtre, de toute façon ma vie est comme une pièce, je suis le torturé qui fait toujours croire que tout va bien, elle, elle est la soupirante de ces messieurs, et ma Kate, est tout simplement la gentille confidente. Chaque minutes, chaque heures, chaque jours, sont une partie du spectacle. Un jour le spectacle se finira, j’avouerais tout, assumerais tout et deviendrait enfin moi-même et pas un personnage, en attendant je me protège avec le rôle. Ironique ma passion est mon seul moyen d’échapper un peu à elle. Cet échappatoire me permet de me dire que partout dans le monde il y a pire que moi…

    Je m’en vais bientôt et je pense très très fort à toi
    Pendant que mes doigts au piano te jouent tout se que je te dois
    Et rappelle toi que tu peux avoir le monde à tes pieds
    Si tu ne te laisse pas abattre par ceux qui te laisse de côté


    FLASHBACK

    Il réalise, il ne l’a jamais vu en robe, Kate n’a jamais mis de robe devant lui, elle va faire des ravages et lui il sera de coté, à la regarder danser les slows dans les bras d’un autre, pendant que lui il pensera à lui et Anna, s’imaginant avec Anna, sur la piste, ses mains sur ses hanches, le regard plongé dans le sien, ses lèvres effleurant celle de la jeune fille. Hélas il ne fallait pas prendre ses rêves pendant des réalités, dommage, il savait que cette soirée ne serait pas forcément un super moment, mais il n’allait pas ne pas y aller, après tout, ce n’était pas parce que sa chérie n’était pas là qu’il devait faire son asocial…. Quoique ?! a vrai dire comme la plupart des garçons il détestait danser, il n’y avait aucun but à se remuer sur un rythme à part suer et perdre du poids, mais il y avait le footing, la course qui donnaient les même effets, quelle idée de faire comme activité danse ! Bon Kate aimait vraiment danser, tout comme Anna, lorsqu’elles dansaient, c’était beau à voir, un spectacle remplie de grace, de gaieté, alors que lui, c’était assez spécial... enfin pas spécial, moche, nul, médiocre, horrible bref mieux vaux fermer les yeux. À moins d’être très téméraire…Ou fou ! Les deux marchent.


    Le silence était pesant, l’air était rempli d’un malaise, celui de Nate face à la jeune femme qui était superbe dans cette robe raffinée. Cette robe est verte, épouse ses formes sans trop les marquer, elle fait gracieuse et pas vulgaire comme la plupart des filles dans les fêtes. C’est parfait, il retournerait bien se changer pour avoir l’air aussi chic qu’elle, mais il n’a rien de si subtil, Kate devra donc se contenter de ce smoking qui fait pale allure face à cette superbe tenue. Elle a du gout, vraiment… Il a du mal à croire que la vraie Kate ou en tout cas celle qu’il croyait connaitre, se cache sous cet accoutrement, l’invasion extraterrestre a commencé ! Ils ont pris le corps de Kate, s’il se jette dessus, ça fait bizarre ? Il faut bien les neutraliser…. Bon d’accord, il doit admettre qu’il ne la connaissait pas sous cet angle mais après tout c’est une fille non ? Comme toutes les filles, elle a son coté féminin, bien qu’elle l’ait caché pendant longtemps. Il ne pouvait s’empêcher de détailler ces formes très généreuses que dame nature avait eu la bonté de lui donner. Il décrocha enfin son regard de ce corps qui l’attirait de plus en plus, il n’était qu’un homme, était-ce vraiment une bonne idée d’aller avec elle, si il buvait, il franchirait surement le cap, c’était presque sur. Il devait penser à Anna, se mettre dans la tête cette fille avec qui il était. Etre un homme n’avait pas que des avantages.

    Elle va lui dire qu’il n’est pas mal. Il sourit, sa fierté et son estime de soi remonte d’un cran. Elle s’arrache doucement de ses bras. Il sourit toujours quand la mère de Kate vient apparaître par la porte de la cuisine, brisant ainsi leur moment de complicité. Sa mère semble s’émouvoir de cette complicité. Elle se rapproche, sourire ébahit, à croire qu’il vient de la demander en mariage… Elle leur demande une photo, au moins sa mère ne l’a pas obligé à poser devant l’objectif, il sait déjà que elle prendra celle de la mère de Kate pour les afficher partout dans la maison, histoire de faire rager Anna. Sa mère aimait bien Anna, mais quand il s’est mi à sortir avec elle, elle a commencé à tout faire pour qu’elle soir mal à l’aise. Lui, il détestait les photos, il trouvait qu’il avait toujours l’air tache à sourire dans le vide. Kate lui dit de la prendre dans ses bras, sinon sa mère risque de ne pas apprécier. Il rigole de bon cœur et passe ses bras autour de la taille de la jeune femme. Il demande alors à la mère de Kate :

    - On a l’air assez amoureux ??

    Il rigole et sourit. Que dire de plus, un sourire s’installe sur ses lèvres pendant que ses doigts frissonnent au contact du tissu.

    FIN DU Flashback

    Elle affiche une moue boudeuse, c’est tellement mignon, je suis sur que les garçons font ses moindres souhaits et désirs. Elle est toujours la même taquine, à faire ses moues… au moins elle, elle n’a pas changé car j’ai peur que Anna, si, qu’elle ait tournée la page comme j’aurais sud faire, que ce soit du passé pour elle, qu’elle y repense parfois mais pas à chaque minute comme moi, c’est ce qui va arriver je suis sur. Elle me propose de repartir mais en ai- je seulement l’envie, non je veux voir qui est la Anna du présent, protéger ma Kate, mais surtout foutre une bonne raclée a mon cher demi-frère qui doit trainer avec une fille, tant qu’il ne vient pas m’importuner, c’est bon… En fait le simple fait de le voir me gène. C’est dur la vie, mais cette tête de blondinet, j’y suis allergique, est-ce de ma faute si je ne le supporte pas ? Oui et non, comment supporter celui qui détruit ma vie. C’est dur de vivre un idiot pareil, vraiment insupportable même je dirais, il a beau être au départ innocent, il n’a jamais arrangé les choses entre nous. Au départ tout vient de mon père, quel conna*d celui là aussi, si ça ne tenait qu’a moi, j’aurais changé de nom mais les choses n’ont pas pu se faire ainsi je dois porter le nom Mainer, Souillé par mon demi-frère et mon père. Quelle chance ! Décidément ma veine semble vraiment être partie en courant quand je suis né. Dommage, les choses auraient pu être plus faciles. Je me sors de ma léthargie pour lui répondre avec un ton mielleux

    - Alors je t’emmène, c’est avec toi et rien d’autre. Tes désirs sont des ordres Ô Grande Katiiie, ou veux-tu aller ??

    Je souris, allez la blague continue et de bon train…. Elle me propose de me rattraper ici tout en me mettant en garde, quelle idée, je serais sage comme une image, vous y avez cru ? Bah pas moi… Je n’ai pas l’intention de rester blanc comme neige, quand on est jeune on profite de sa jeunesse nan ?

    - Hum, on verra, je vais surtout bosser mais voyons, tu sais bien que personne ne me résiste après tout je suis Nate.

    Oui, je ne dirais pas après tout je suis un Mainer, pourtant tout les Mainer sont des séducteurs mais moi je ne tromperais jamais ma femme, et essaierait de ne pas trop collectionner les conquêtes d’un soir mais l’alcool, lui ne me laisse jamais faire mes résolutions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles nostalgiques |- Nate   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles nostalgiques |- Nate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Escuela de Carmen Arranz :: Hall d'entrée.-
Sauter vers: